Beliris, la Région, la Ville et la Friche – confusions

Posted on 04/11/2011 by

0


Qui dit quoi fait quoi veut quoi?

 

La confusion reigne.

Le collectif PUM réagit par rapport à l’article sur le Blog de Monsieur Ouriaghli, échevin de la régie foncière à la Ville de Bruxelles.

++++++++++++++++++++++++++++++++++

Article Ouriaghli:

La friche Eggevoort

Au bas du Parc Léopold, se trouve dans la prolongation du front bâti de la rue de Maelbeek, un terrain délaissé souffrant depuis des années d’un défaut d’entretien. Dans le cadre de la réhabilitation globale du Parc Léopold envisagée dans le cadre de Beliris, le bureau chargé de l’étude préconise à cet endroit la construction d’un immeuble qui ferme le front bâti, offre une infrastructure de type “buvette” pour les usagers du Parc et crée 8 logements sur le site.

Le Parc léopold situé juste à côté de cette friche est un des plus beaux espaces verts de la capitale

La Régie Foncière a été chargée d’envisager la réalisation de ce projet. Certains riverains et singulièrement, un voisin direct de ce projet entende maintenir cet espace en zone non bâtie et y développer un projet citoyen. Ils ont sollicité auprès de l’Echevin des propriétés communales et de l’Echevin des espaces verts une occupation précaire du lieu qui a été refusée pour les raisons évoquées ci dessus.

Lors d’un entretien à la Régie Foncière, tout en informant que la décision de construire sur un terrain appartenant à la Ville serait prise non par des habitants mais par le Conseil Communal sur proposition du Collège, un engagement formel de concertation avec les habitants et de discussion du projet aec les riverains a été pris, comme par ailleurs, c’est toujours le cas dans les dossiers portés par la Régie.

Les habitants persistent dans leur intention de maintenir à cet endroit, en bordure d’un des plus grands espaces verts de la Capitale, cette friche.

C’est leur choix et ce n’est pas celui que nous investigons pour l’instant. Ouri septembre 2011.

Le souci des politiques est d’intégrer dans le développement de la Ville à la fois les besoins de ceux qui ont un logement et se soucie de leur cadre de vie mais aussi les besoins des nombreux bruxellois en quête d’un habitat de qualité.

+++++++++++++++++++++++++++++++++

Réaction Collectif PUM:

Bruxelles, le 27 octobre 2011,

Cher Monsieur l’Échevin Ouriaghli,

Nous tenons à vous parler du Collectif PUM, incorrectement lié au propos décrit ci-dessus.

Dans votre article vous parlez de “certains riverains et singulièrement un voisin direct” qui s’expriment contre la construction d’immeubles sur ce terrain et qui ont la volonté de maintien à cet endroit une friche.
Vous n’avez peut-être pas tort que certains riverains défendent ce point de vue. Mais ce n’est certainement pas la position prise par le collectif PUM que vous mettez de manière injuste en hyperlien.

Le collectif PUM -« Projet|Participation Urbain(e)|Urgent(e) Maalbeek »- en coordination avec l’Association Quartier Léopold (AQL), le Groupe d’Animation du Quartier Européen (GAQ), Inter-Environnement Bruxelles (IEB), Brusselse Raad voor het Leefmilieu (Bral) et les Etats Généraux de l’Eau à Bruxelles (EGEB), se réunit régulièrement depuis novembre 2010 pour imaginer autrement et de façon participative le Quartier Européen/Léopold, et ceci avec les contributions d’artistes, de scientifiques, d’architectes, de riverains et d‘associations locales.

Suite à nos exercices de cartographie collaborative, et dans le cadre notamment des EGEB, cette dynamique citoyenne a considéré que le terrain vague aux abords de la tour Eggevoort permet la réalisation d’un projet d’espace vert ambitieux en regard notamment d’un patrimoine historique, paysager et architectural exceptionnel. Situé en fond de vallée, la biodiversité du site ainsi que ses fortes déclivités nous a fait réfléchir particulièrement sur la gestion durable de l’eau dans un contexte urbain dense (« Nouvelles Rivières Urbaines »).

Ce que le collectif PUM exige tout simplement, et avant toute critique directe sur les plans d’aménagement, est la possibilité de mettre à disposition et de partager avec vous les connaissances et le savoir-faire acquis collectivement par nos recherches minutieuses sur le terrain et dans les archives.
Nous souhaitons pouvoir entamer un réel processus d’échange bien en amont des procédures classiques de concertation, qui trop souvent n’arrivent qu’après la prise de toute décision importante.

En vue d’une fructueuse collaboration visant à améliorer la qualité d’un nouvel espace de vie, et cela dans un quartier européen particulièrement chargé de signification, nous sommes heureux d’avoir été invité chez BELIRIS avec les bureaux d’études pour prendre connaissance des plans de l’avant projet Eggevoort.

Nous souhaitons profondément, et avec nous les 500 signataires de notre pétition, que ce ne sera que le début d’un réel processus de collaboration, d’échange et d’information vis-à-vis de riverains particulièrement concernés par ce dossier.

Le Collectif PUM

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Voici la réaction que nous avons reçu d'un voisin direct.
Il est très important de noter que les différents membres du collectif n'ont pas nécessairement 
tous le même point de vue sur l'articulation à trouver entre l'aménagement des espaces verts et 
le logement social - place au débat !
« Reste toujours la position du voisin direct qui depuis 2 ans s'occupe du nettoyage à ses propres frais de ce terrain 
et que a plusieurs reprises a évoqué avec les politiciens et avec Beliris la possibilité de créer un Ecomusée avec 
des financements de la UE »

« Elle offre une approche nouveau et à longue terme, donc plus concret pour l’occupation de ce terrain qui se trouve dans un parc et dans le quel se trouve une Tour médiévale. L’écomusée est le défis vrais de cet espace ou les politiciens pourraient voir autrement et a long terme la destination d’use d’une parcelle du parc Leopold qui était classé selon l’arrêt Royal de 1975. Il s’agit de redonner de la valeur a ce terrain, sans pourtant penser que la construction est la seule et unique réponse aux besoins des citoyens. »

« Considérées les aspects hydrologiques et morphologique de ce terrain il est tres risqué de construire des logements sociaux sur un terrain au dessous d’une rivière. Ma maison a souffert pendant les 2 dernières années (à cause des inondations) des problèmes sérieux. »

« En autre il existe une directive européenne EIA (85/337/EC) et la Directive 2003/35/EC du PE et Conseil du 26 5 2003 prévoyant la participation du public lors de l’élaboration de certains plans et programmes relatifs à l’environnement, et modifiant, en ce qui concerne la participation du public et l’accès à la justice, les directives 85/337/CEE et 96/61/CE du Conseil »